Portrait : Qui est vraiment Kobe Bryant ?

Portrait : Qui est vraiment Kobe Bryant ?

Homme d'une seule franchise, bourreau de travail, croqueur-en-chef, mais surtout cinq fois champion et roi du money-time, Kobe Bryant a été l'un des visages de la NBA dans les années 2000. Que ce soit avec le numéro 8 ou le numéro 24, le Black Mamba a marqué les parquets de son empreinte. Cet article propose ainsi un retour sur sa carrière, désormais légendaire. 

Kobe Bryant, meilleur que tous les enfants de son âge

Kobe Bryant est né pour jouer au basket. Fils d'un ancien joueur NBA, il foule les parquets dès l'âge de 3 ans. À 6 ans, il étudiait déjà des vidéos de matchs NBA, envoyées par son grand-père, resté aux États-Unis alors que Kobe avait suivi son père, parti jouer en Italie.

Très doué, il explose aux yeux du grand public lors de son entrée au lycée. Lower Merion High School, situé dans la banlieue de Philadelphie, avait pourtant vu passer Wilt Chamberlain. Mais le futur Black Mamba va battre tous les records. Il joue à tous les postes, noircit la feuille de stats comme personne avant lui, et attire les projecteurs.

Lors de sa dernière saison de High School, il tourne à 31 points, 12 rebonds, 6.5 assists, 4 steals et 3.8 blocks de moyenne ! Suivi par les programmes NCAA les plus prestigieux, Bryant est du genre précoce. Il décide ainsi d'imiter Kevin Garnett, et de passer professionnel dès 1996, alors qu'il n'a pas encore 18 ans.

Kobe Bryant dans ses jeunes années

En 1996, Kobe rejoint la NBA, début d'une incroyable épopée

Sélectionné en 13ème position de la Draft 1996 par les Hornets, Kobe débute finalement sa carrière aux Lakers, après un échange tumultueux avec Vlade Divac. Le pivot ne souhaitait pas être échangé, mais a finalement entendu raison, permettant à Kobe de rejoindre sa franchise de cœur.

Ses débuts sont difficiles. Adolescent dans une ligue d'adulte, le Black Mamba ne peut pas dominer comme il le faisait au lycée. Toutefois, il se fait remarquer en remportant le concours de dunk du All-Star Week-end. 

 

Collectivement, c'est un peu plus compliqué. Malgré la présence de Shaquille O'Neal, les Lakers n'atteignent pas les Finales. Lors de sa saison rookie, Bryant échoue face à Utah, avec notamment 4 air-balls d'affilée dans les dernières minutes de l'ultime rencontre. Sixième homme lors de sa seconde saison, le Mamba deviendra un titulaire indiscutable lors de la saison du lockout, en 1999. Mais Los Angeles reste à quai, incapable d'éliminer les Spurs, futurs champions.

Envie de personnaliser ton téléphone aux couleurs de Kobe ? 

Coque Kobe Bryant Lakers pour iPhone, Samsung et Huawei

Clique ici pour découvrir nos coques pour iPhone, Samsung et Huawei du Black Mamba

Dès 2000, Kobe prend les commandes des Lakers

Prolongé par les Lakers pour 6 ans et 70M$, Kobe Bryant s'affirme comme une superstar dès l'an 2000. Son duo avec Shaquille O'Neal fait trembler toute la NBA, Avec l'arrivée de Phil Jackson sur le banc, les Lakers débutent leur règne sur la Grande Ligue, avec trois titres consécutifs, de 2000 à 2002. Clutch à souhait, Kobe Bryant s'impose comme un des tous meilleurs joueurs de la Ligue.

 

Cependant, sa relation avec Shaquille O'Neal commence à s'effriter, à mesure que l'arrière prend de l'importance dans le système des Lakers. Suite au three-peat, le Black Mamba continue d'être intenable en attaque, avec notamment un mois de février 2003 bouclé à plus de 40 points de moyenne.

Mais l'ambiance au sein du vestiaire est mauvaise. De plus, à l'été 2003, la carrière de Kobe est entachée par un scandale, qui s'étend sur une grande partie de la saison et force l'arrière à manquer plusieurs matchs. Après une défaite en Finales 2004, l'effectif des Lakers explose : Phil Jackson n'est pas conservé comme entraîneur et Shaquille O'Neal est échangé à Chicago. C'est le début d'une nouvelle ère. 

Une légende avant tout fidèle à sa ville, Los Angeles

Alors que des rumeurs indiquent que Kobe est responsable du trade de Shaquille O'Neal, le Black Mamba se retrouve seul à la barre des Lakers. Pendant trois saisons, l'arrière va être le seul leader offensif de la franchise, et multiplie les exploits offensifs, notamment ses 81 points face à Toronto, en 2006.

Meilleur marqueur de la Ligue, il emmène les Lakers en playoffs, mais ne passe pas le premier tour, avec une défaite face aux Suns. Kobe subira le même sort en 2007, mais entrera une nouvelle fois dans l'histoire, en devant le deuxième joueur (après Chamberlain) à marquer 50 points ou plus lors de 4 matchs consécutifs.

 

La saison 2007-2008 marquera le retour des Lakers sur le devant de la scène. L'arrivée de Pau Gasol donne à Kobe un lieutenant offensif de premier plan, et les Violines et Or atteignent les Finales, derrière un Bryant enfin nommé MVP de la saison régulière.

Battus par les Celtics, Kobe et ses coéquipiers attendront 2010 pour prendre leur revanche. Entre temps, le Black Mamba remporte son quatrième titre en 2009, le premier sans Shaquille O'Neal. Devenu une véritable icône de NBA, Kobe Bryant mène les Lakers au doublé en 2010, et continue également sa légende en capturant l'âme de Matt Barnes, dans un match de saison régulière face à Orlando.

 

Le dernier match de Kobe, à jamais gravé en NBA

Mais en 2011, pas de deuxième three-peat pour Kobe et les Lakers. Éliminé par Dallas, le Black Mamba ne réédite pas l'exploit de Michael Jordan, avec qui il est très souvent comparé. Il se met alors en quête d'une sixième bague de champion, sans parvenir à ses fins. Sans succès, et ce malgré les arrivées de Steve Nash et Dwight Howard pour la saison 2012-2013. Cette campagne marquera le début de la fin pour Bryant. Alors qu'il se démenait pour emmener son équipe en playoffs, le Black Mamba se rompt le tendon d'Achille.

C'est le début de deux saisons minées par les blessures. Revenu de sa rupture du tendon d'Achille, Kobe se blesse au genou, puis à l'épaule. Il ne joue que 41 matchs en deux ans, avant de revenir une dernière fois, pour une longue tournée d'adieu lors de la saison 2015-2016.

Si les Lakers terminent avec le pire bilan de leur histoire (17-65), Kobe Bryant est célébré partout où il passe. Les prix des places s'envolent, et le Black Mamba, malgré des pourcentages atroces (35.8% aux tirs et 28.5% à 3-points), fait le show une dernière fois. Dans un Staples Center incandescent pour le dernier match de la saison, le numéro 24 réalise son ultime chef d’œuvre : il marque 60 points pour offrir la victoire aux Lakers, avant de conclure par un discours, resté célèbre pour sa conclusion : « Mamba Out ».

 

Souvent décrié pour sa propension à forcer ses tirs, Kobe Bryant reste le joueur préféré de beaucoup de fans et d'autres joueurs. Scoreur fantastique, défenseur féroce, clutch à souhait, le Black Mamba est l'une des figures les plus populaires de l'histoire de son sport.

Par Matthieu, rédacteur Watplay

Découvrir la boutique en ligne


Laisser un commentaire